Séminaires

Compte rendu

 

Préambule

Il a été décidé, lors de la journée de discussion entre doctorant-e-s et professeur-e-s du 7 décembre 2017 précédant le colloque annuel du R2DIP, que nous organiserions des séminaires théoriques reprenant les fondamentaux de l’Analyse de Discours (AD). Partant du constat de nombreux enseignant-chercheurs et enseignantes-chercheuses spécialistes de l’AD qu’il y a un manque croissant de réflexion sur les fondements philosophiques de la discipline, ce qui conduit les jeunes chercheurs et chercheuses à risquer le syncrétisme, il nous a semblé primordial de connaître certaines notions/concepts ainsi que l’histoire des modèles théoriques établis et auxquels nous avons recours aujourd’hui dans nos analyses, afin d’assurer la pérennité de la réflexion épistémologique. L’ambition ou l’objectif de ce projet est de nous former à éviter toute confusion entre les différents courants de l’AD, tout en nous donnant la possibilité de nous inscrire dans la filiation des modèles antérieurs en toute connaissance de leurs implications philosophiques et épistémologiques et en admettant la dimension pluridisciplinaire de l’AD inscrite en Sciences du langage certes, mais en dialogue permanent avec d’autres sciences humaines et sociales, comme la sociologie, l’histoire ou la psychologie.

Organisation pratique du séminaire

Deux séminaires théoriques ont donc été organisés depuis le colloque. Nous avons procédé de la façon suivante. Deux doctorantes, Dieudonné Akpo (laboratoire CoDiRe, Université de Nantes) et Marie Jouan (laboratoire ELLIADD, Université de Besançon) ont sélectionné une série de concepts, d’auteurs et de courants de l’AD à aborder lors de séminaires et ont soumis cette liste au vote des membres du réseau. Voici les liens du questionnaire pour le choix des sujets des premiers séminaires et de ses résultats :
Questionnaire :     https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc9VHzLU8UDqa9fzJ427K7SsmXcixOitIRkwKhkUESjVaGufQ/viewform
Réponses :    https://docs.google.com/document/d/13eoea7aAAFtLSDWbXnWKnNPoqIfXSpzhS5WB3-E6jz4/edit
Quant au choix de dates de séminaire, il dépend de la validation par le groupe de la date qui a reçu le plus de votes sur un framadate. Suite aux réponses aux questionnaires (thèmes et dates) et à des discussions sur la liste mail du réseau, il a été décidé de réaliser les premiers séminaires suivants :

“La contribution de la théorie de l’idéologie de Louis Althusser (1918-1990) à la constitution de l’Analyse du discours”, par George-Elia Sarfati, le 2 février 2018 ;
“Michel Pêcheux, la problématique et la fondation de l’Analyse du discours”, par George-Elia Sarfati, le 9 mars 2018 ;
« La théorie du discours de Michel Foucault », par George-Elia Sarfati, le 24 mai 2018 ;
« Langue/Discours et Discours/Corpus » par Julien Longhi, 30 novembre 2018.

Éléments de discussion
Le premier séminaire, animé par Georges Elia Sarfati nous a permis de découvrir les travaux de Louis Althusser (1918-1999). Après nous avoir rappelé le contexte historique et social et donné quelques éléments biographiques sur L. Althusser, le Professeur Sarfati a exposé la façon dont L. Althusser s’inscrivait dans la filiation marxiste et se détournait du marxisme orthodoxe en proposant sa Théorie de l’Idéologie. En définissant les Appareils Idéologiques d’Etat (AIE) et les Appareils Répressifs d’Etat (ARE), L. Althusser distingue les institutions qui « fonctionnent à l’idéologie » de celles qui « fonctionnent à la violence », tout en montrant que AIE et ARE sont quasi-inextricables et par conséquent fonctionnent ensemble. S’intéresser aux discours dominants, aux évidences, au « sens commun » comme on peut le faire en Analyse de Discours, c’est s’intéresser à l’idéologie dominante véhiculée dans les AIE. Il est ainsi indispensable de tenir compte de l’intrication entre les conditions réelles d’existence et la « représentation du rapport imaginaire que les individus ont à leurs conditions réelles d’existence », i.e. l’idéologie, pour l’analyser et pour comprendre la façon dont Michel Pêcheux reprend L. Althusser quand il propose une Analyse Automatique du Discours.
Dans cette perspective, le deuxième séminaire, toujours animé par le Professeur Sarfati, nous a précisément permis de faire le lien entre les travaux de L. Althusser et ceux de Michel Pêcheux, un des chercheurs précurseurs de l’école française d’analyse du discours (ADF). Le Professeur Sarfati a présenté les travaux de Pêcheux en mettant l’accent sur sa contribution à la dynamique de la discipline au sein des sciences du langage. Pour cela, il insiste sur des notions phares qu’il a participé à vulgariser telles que la formation discursive (FD), l’interdiscours, l’intradiscours et le préconstruit.
Au cours de ces deux séminaires, le Professeur Sarfati a défendu l’idée que le champ de l’Analyse de Discours n’est pas neutre et ne peut ni ne doit l’être, au risque de « tourner à la caricature » en s’affranchissant dangereusement des fondements philosophiques et socio-politiques qui l’ont forgée.

Par Dieudonné Akpo et Marie Jouan